2014 > BEIJING

THINKINGACTINGLA PENSÉE EN ACTES
2015 > PARIS

SÉRIE D'ÉVÈNEMENTS SUR LA PERFORMANCE FRANÇAISE ET CHINOISE organisée dans le cadre du cinquantenaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine, France-Chine 50

LA PENSÉE EN ACTES 2015 > PARIS

Présentation des artistes :

Alexis Quinterne & Mélanie Poinsignon

Alexis Quinterne est avant tout un ingénieur du son passionné. Après ses études à l'IMFP de Salon-de-Provence, Alexis se perfectionne dans la M.A.O. (musique assistée par ordinateur). Il travaille notamment avec les logiciels : Ableton live, Max et Reaktor. Il construit aussi lui même des objets sonores qu'il peut faire interagir avec sa station de travail.

Mélanie Poinsignon est diplômée de l’école des Beaux-Arts de Cergy-Pontoise. Depuis plusieurs années, elle multiplie les expériences dans les champs de la vidéo, de la performance et du son. Son travail s’intéresse au langage, aux rapports entre texte et parole et à la traduction.
Dans les performances de Mélanie Poinsignon, la parole - malmenée par l’appareillage technologique - en dit plus long qu’elle ne veut bien le faire croire.
*Alexis Quinterne et Mélanie Poinsignon ont tous deux, dans leurs pratiques distinctes, un intérêt marqué pour le son. Ils ont imaginé une performance utilisant un système original de diffusion sonore - à la lisière du technologique et de l’organique. 

Davide Napoli

Né à Palerme, le 2 mai 1962, vit et travaille à Paris. Plasticien et écrivain, Davide Napoli explore les formes-performances du geste de la pensée, du dessin et de l’écriture, avec une élaboration poétique de caractère fantasmatique. 
Ses codes d’intervention sont: le plastémique, la videsse, la transe, le transfert intégral, l’altérité de la démesure, le plastéme, le fantasme, les zones d’asile plastémique, le capital-risque, la performance, l’espacement d’absences, le fantôme, l’ange, la lumière noire, le vid-ange, la hétéro-uchronie, le geste du signifiant,  le jet de la pensée…
Publications récentes : « VIDESSE, la vitesse du vide », Editions TRANSIGNUM, 2014, Paris. 
« La pensée Plastémique », Editions TRANSIGNUM, 2013, Paris.

Eugénie Bachelot Prévert & Jérome Barbe

Eugénie Bachelot Prévert est née à Paris en 1974. Son univers est principalement une fabrique de peintures. Durant son enfance hippie, elle pratique assidûment la pâte à modeler de couleur vive ainsi que le coloriage au feutre. Son goût pour la couleur se confirme dans ses études en Art appliqués en textile à Dupérré et Olivier-de-Serres. De 1996 à 2000, étudiante à l’École des Beaux-Arts de Paris, elle peint sur de grands formats. Depuis 2003, elle puise directement son inspiration dans le réel et ouvre son champ à de nouveaux médias : installations, collages, vidéos et manifs. Actuellement, elle reprend ses pinceaux et collabore avec d’autres artistes.

Jérome Barbe, (Ateliers Kermarrec et Hamilton aux beaux-arts, photos, vidéos, installations, dessins) né en 1974 à Suresnes, diplômé des Beaux-Arts de paris en 1999 et de l’Ecole Estienne en 1995, tourne autour du réel, joue avec, et s’en va.

A travers une action photographique, un rituel d’avatar, un dessin ou un acte pictural, il propose un univers de micro expériences singulières soigneusement répertoriées jouant parfois avec humour sur un monde aux apparences absurdes. Son travail relève aussi d’une mise sous tension visuelle d’images du quotidien tel l’invitation à une Odyssée visuelle où l’oeil traverse l’écart de la réalité proposée. Dernières expositions en date à Paris : Galerie Duboys, Ateliers Montreuil.

Echangeant plastiquement depuis les Beaux-Arts de Paris, Eugénie et Jérome ont chacun un travail en commun basé sur la poésie compulsive nécessaire à notre monde. Ils pratiquent le dessin au sein des dessins partagés. Ils ont créé Les maniaco esthétiques en 2013 au détour de leur dialogue numérique.

Vigi 汪华

Vigi Wang lives and works in Beijing. She received a
B.A in Chinese painting from the Fine Arts Academy in 2005,and a M.A. in art
management from Tsinghua University in 2008. Vigi's artistic practice includes performance , art video, painting and installation and second-hand objects.

The concept of her work engages relationships between her personal experience and growing background. Recently, she focuses on the psychological state during the creative process. Her artworks evoke a dreamlike state. Her multi-media work combines performance with video ,installation, sound and drawing as a chronological recorder of the time and space.

As an artist, she cares about how to re-recognize herself in the society. To make progress, not to be assimilated and to build a healthy character is what she cares about. She said as an artist doesn't need repetitive work everyday, but to think and discover, need to become part of the public.

She thinks that the body as a material is the most direct and most humanity way to express her dairy life and thinking from her inner feeling and transformation of the present idea. She explores such as self-redemption, self-salvation and the contrast between fantasy and reality.
+ www.vigiwang.com

Han Bing 韩冰

HanBing , Multimedia artist, performance artist and photographer , Engaged in performance art, photography and painting , installation , documentary, video media art, documentary film,and social projects .

Han Bing grew up in an impoverished village in rural China. Fifteen years of labor in the rural areas, Studies at Central Academy of Fine Arts.

The urbanization of the Great Leap Forward, which is China's social development and changes in the last three decades the main face. High-speed movement of the problems of urbanization ,leading to people's livelihood, corruption, ecological problems.In this regard,  Han Bing era of social transformation in China is undoubtedly a  representative, an important artist.

In Beijing, he was moved by the harsh contrast between the urbanized "Chinese dream" propelling the nation's struggle to become "modern," and the cruel realities of those left behind, or trodden underfoot in this stampede. Exploring the struggles and desires of ordinary people in China's "theater of modernization," his works invert quotidian practice, reinvent everyday objects and ask us to rethink the order of things.

Bonnie Tchien Hwen-Ying

Bonnie Tchien Hwen-Ying, née à Taiwan, vivant et travaillant en France, exprime dans ses performances ses origines issues de cette double culture.
De la Chine elle retient une tradition séculaire issue du Tai-Chi, des Arts Martiaux, des danses traditionnelles qu'elle re-interprète sur un mode contemporain.
Cette dualité rend pertinent son travail artistique : costume revisité, maquillage réinterprété, accessoire magnifié. Elle crée son style et redéfinit des personnages symboliques. De l'Opéra chinois elle réinvente une chorégraphie de la danse et la transforme en un acte théâtral majeur.
Comme une alchimiste à la recherche de la pierre philosophale, l'artiste métamorphose son corps, dans une gestuelle inspirée.
Entre méditation et introspection, elle peut à travers la foule exprimer son art, isolée dans son propre monde. Absence de temps, néant d'espace : Etat méditatif suprême, elle nous capture dans son rêve éveillé.
Contestation du martyr des « Golden Lotus », elle se met en déséquilibre extrême sur des chaussures surréalistes et nous impose un état de Yin et Yang.

Marion Bocquet-Appel

Marion Bocquet-Appel est une jeune artiste française diplomée de l'Ecole National Supérieure des beaux-Art de Paris. Elle vit et travail principalement à Paris.
Elle développe une pratique tri-dimensionnelle, un travail sculpturale d'installation qui met en évidence son rapport particulier à la technique, aux savoir-faire relativement à ce qu'il peut véhiculer.
C'est à travers ce mouvement de l' objet-vehicule qu'elle questionnent la performance. La performance comme outils à réfléchir le lien, l'interaction, la mise en abime et le statut de l'objet.
Beaucoup de ces pièces, peuvent s'activer au creux de la main et prennent forme dans l'espace sculpturale prétexte à une situation performative qui se rejoue selon les expositions.
+ www.marionbocquetappel.com


Anne-Sophie Turion

Après une formation de scénographie à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris d'où elle sort diplômée avec les Félicitations du jury en 2010, Anne-Sophie Turion crée plusieurs projets; performances, installations ou dispositifs sonores.
Son travail a été présenté à Paris (au Théâtre de la Ville, au Centre d'Art de la Ferme du Buisson, au CentQuatre), à Nice (au Centre d'Art contemporain de la Villa Arson), à Toulouse (aux Abattoirs), en Italie (à Centrale Fies, où elle remporte le Performance Art Award en 2013), en Hongrie (lors de la European night of young creation), au Canada (au Media Arts Center de Vancouver). Entre 2010 et 2014, elle effectue plusieurs résidences: à l'Abbaye de Pannonhalma en Hongrie, à Centrale Fies en Italie, à la Villa Arson à Nice, au CentQuatre à Paris et à la Cité Internationale des Arts (Paris).
Que ce soit à travers des propositions performatives ou plastiques, Anne-Sophie Turion cherche avant tout à mettre à jour la fabrication de nos récits intimes et collectifs. Procèdant souvent par juxtaposition de différents matériaux (visuels, textuels, musicaux ou sonores) issus de registres parfois très éloignés, du film d'horreur à la littérature romantique, de Michael Jackson à Wagner, elle compose, décompose ou récompose les scènes du théatre de notre société contemporaine.
La performance permet à Anne-Sophie Turion d'entretenir un flottement entre le spectaculaire et l'absence de spectaculaire, de confronter l'authenticité présumée de l'ici et maintenant à un certain nombre de procédès et d'artifices qui brouillent l'instant scénique (voix off, playback, répétitions d'actions, effets sonores envahissants, etc).
+ www.annesophieturion.com

Valérie Perret

Valérie Perret étudie les arts du spectacle et particulièrement la mise en scène avant de se tourner vers l'écriture, la calligraphie dans un premier temps, avant d'utiliser différents supports d'expression. Performance d'écriture sur le corps , des installations mêlant écriture et scénographie de l'objet...
Ses recherches sont basées sur le détournement d'objets ou d'usages des objets en proposant notamment avec Eat Art, des tableaux éphémères offerts à la dégustation du public.
Plus engagée sur les questions de l'identité sexuelle, elle réalise à Paris une installation-performance intitulée : "Au bout de la Nuit…God save the queer…" où sont revisités les contes de fées. Histoires de notre enfance devenant avec jeu et humour propre au travail de Valérie Perret, le miroir de nos comportements et de nos identités multiples.

Liu Tao

Inspiré par les performeurs d'East-Village Dong Cun de Pékin tel que Ma Liuming qui dans les années 90 aspirait à la liberté et marchait nu sur la grande muraille, Liu Tao propose son errance moins aérienne, plongeant dans les faubourgs de Shanghai, quittant les villes pour des sentiers douteux où se mêlent le rêve et la mélancolie. Liu Tao inspire et aspire à un romantisme renouvelé.
Il remplit sa part pour réveiller les consciences en s'engageant physiquement dans la création de son œuvre et ouvre un champ de réflexion sur cette société globalisée en pleine expansion qui redéfinit la Chine nouvelle : En faisant un véritable éloge de la fuite, au travers et au de-là des villes chinoises en pleines mutations, qu'advient-il de l'Homme, de sa culture, des traditions qui le définissent ?

Cheng Guangfeng

Cheng Guangfeng redéfinit l'usage d'objets usuels et rend sensible leur identité symbolique au cours de ses performances. Il a pour outil de prédilection la scie circulaire qui l'accompagne dans plusieurs de ses performances qu'il utilise pour démanteler l'usage traditionnel des objets et nous donner à lire le détournement de la fonction de ces objets. Assis sur une chaise, comme sagement nous l'utilisons couramment, Cheng Guangfeng en coupe les pieds mettant en scène le déséquilibre et la fragilité de notre confort et de nos postures. Action simple et efficacité de l'artiste cherchant à perturber les habitudes qui constituent notre quotidien. Spécialement pour La Pensée en Actes, avec la performance Dismantling the Bridge after crossing, Cheng Guangfeng recompose une échelle précaire comme on en voit sur les chantiers de construction en Chine. Cette échelle périlleuse qui permettra la construction tout aussi périlleuse des immeubles constituant le nouveau paysage urbain contemporain. Cheng Guangfeng installe cette échelle dans la galerie opérant par contraste avec la pureté du lieu. Barreau après barreau, il scie net tout possibilité de le suivre dans sa fuite.
Échappant à la pensée commune volontairement contre toute forme de prison intellectuelle physique ou comportementale, Cheng Guangfeng s'échappe de la galerie symbolique ainsi devenu. Libre et penseur Cheng Guangfeng signe une performance forte remettant en question la fonction de la galerie même et les rapports artiste/galeriste qui la constitue.

Li Zifeng et Zhang Lei

Li Zifeng et Zhang Lei, deux artistes chinois travaillant le plus souvent sur des performances en duo, sont habitués à créer des situations improbables où sens et non-sens cohabitent de façon humoristique en ouvrant un champ de réflexion et d'imagination hors du commun.

Ici avec La marche sans respiration, le public est tout d'abord séduit par la pureté des éléments que les artistes convoquent dans leur mise en scène minimaliste. Deux plantes fragiles se déplacent posées chacune sur un carton contenant la tête des deux artistes qui par de minutieux mouvements poussent les cartons en glissant sur le sol.La danse fébrile des feuilles des plantes provoquée par les mouvements infimes de leur déplacement, le bruit du carton crissant dans le silence de la galerie et du public en arrêt, les chemises rayées évoquant quelques prisonniers ou rêveurs engourdis d'un rêve, Li Zifeng et Zhang Lei tendent à nous proposer un monde où les lois habituelles sont changées et où le sens tout aussitôt saisi nous échappe.

Car telle est la pensée de nos jours, ce que nous savions, ce que nous croyions et remis en question par l'incertitude. Rien n'est défini, tout échappe à notre entendement à l'image de la société chinoise en pleine mutation. Car s'il est un sens qui se pose c'est celui qu'il conviendra de définir ou redéfinir.

Evocation écologique, des conditions de travail, du statut de l'homme et de sa condition sociale, de la nécessité de sortir des habitudes comportementales pour trouver le sens de ce nouveau siècle plein de défis, telle est sans doute la direction que nous propose Li Zifeng et Zhang Lei, en tentant de nous faire prendre conscience que ça ne marche pas sans respiration, ni sans inspiration.

 

 

__

La Pensée en Actes 2015 est organisée par :
RUE FRANÇAISE by MISS CHINA www.ruefrancaise.fr
En coopération avec :
ON/gallery Beijing Songzhuang à Pékin www.on-gallery.com
Kong Space KCAA à Pékin www.kongspace.net

Réalisation :

RUE FRANÇAISE by MISS CHINA www.ruefrancaise.fr
Co-existences www.coexistences.net